Silence, ça ne tourne pas encore à Safi!

Publié le par Cinemasfi

clap.jpgLa ville de Safi, perchée sur ses falaises qui dominent l’Atlantique, vit une lente et terrible érosion culturelle qui touche l’ensemble des arts, qu’ils soient scéniques, plastiques ou visuels.

 

Cela fait maintenant longtemps qu’à Safi les réelles salles de spectacle ont fermé leurs portes au public et aux artistes. Les salles de cinéma sont même devenues obscures à jamais ou n’ouvrent que pour de trop rares semaines culturelles ou festival. Il ne reste aujourd’hui aux Safiots pour leur distraction quotidienne qu’un cinéma populaire et une salle des fêtes dont les objectifs ne sont pas essentiellement culturels.

Les salles à jamais obscures
Les artistes eux aussi crient au secours. Les films marocains ne sortent pas à Safi. A l’heure où le cinéma marocain est acclamé dans le monde entier, les Safiots n’ont que trop rarement l’occasion de voir les films de leurs cinéastes. Ils doivent attendre, impatiemment, le Festival du Film Francophone de Safi pour découvrir l’une ou l’autre œuvre marocaine. Celles qui ratent l’événement devront attendre leur diffusion télévisée pour rencontrer leur public. Pourtant, les Safiots n’ont jamais manqué de faire un triomphe aux réalisateurs et aux acteurs qui sont venus les voir jusque dans leur ville.

L'appel à l'aide des artistes
Le constat ne se limite hélas pas au cinéma mais touche tous le grands artistes nationaux qui sont obligés, comme récemment l’humoriste Hassan Elfed, de déprogrammer Safi de leurs tournées faute d’interlocuteur culturel et d’espace de représentation. Et que dire alors de nos jeunes talents locaux qui sont dans l’impossibilité de s’exprimer chez eux et donc d’y être connus et reconnus.

Safi a pourtant un patrimoine culturel bien vivant. Elle compte parmi ses citoyens des peintres, des écrivains, des chanteurs, des danseurs, des musiciens, des comédiens, des réalisateurs, des scénaristes et tout un univers artistique qui vit dans l’ombre de la ville ou cherche la lumière en dehors de ses murs. Il est donc plus que temps d’allumer de nouveaux projecteurs sur notre cité atlantique.

Publié dans Safi

Commenter cet article

Cinemasfi 09/09/2007 20:51

Salam Said,
Ben oui... on en a marre de se plaindre! Je reviens d'une balade en ville où pendant une heure, en traversant tous les quartiers, j'ai pas arrêté de penser: "qu'elle est belle Safi!" Il lui manque si peu et tellement à la fois. Mais j'y crois. La ville a déjà commencé bougé comme vous le dites. Nous sommes une ville universitaire maintenant, ce qui, culturellement, change tout! Espérons que les premières promotions de la Fac vont créer une nouvelle dynamique. L'appel est lancé...

Said 09/09/2007 13:42

Salam.
Elle est justement peinte dans cet article la triste réalité culturelle de Safi. Hélas, on peut se consoler par les petites exceptions qui animent, d'une manière saisonnière, la ville de l'océan. Disons qu'on est au début de quelque chose pour garder l'optimisme. A bientôt!

étoiledemer 14/04/2007 16:26

Bravo! C'est si bien dit! J'espère que ce blog aura justement un rôle à jouer dans l'épanouissment culturel de Safi. Bonne continuation!