Kamal Kamal nous invite dans les coulisses de la Symphonie Marocaine

Publié le par Cinemasfi

Lors de sa sortie en salle, le public avait offert à « La Symphonie Marocaine » la seconde place du box-office marocain avec plus de 100.000 entrées. Aujourd'hui, c'est aux étudiants de la Faculté Poly-disciplinaire de Safi que le cinéaste Kamal Kamal a présenté son second long métrage et sa vision. Une vision humaniste qui a touché son public et l'a amené, chose hélas encore rare pour un film marocain, à éprouver l'émotion totale.
 la-symphonie-marocaine.jpg

Enfant d'Oujda, Kamal Kamal a vécu une enfance heureuse auprès de sa mère. Le modeste logement où il grandit avait la particularité d'être rempli d'amour. L'amour d'une maman qui a aussi eu l'intelligence de tout faire pour que son fils ait une éducation artistique. Et c'est ainsi par la musique que Kamal Kamal a fait son entrée dans la vie.

Quoi de plus naturel dès lors que son film retrace l'histoire d'une bande de musiciens jetés à la ferraille d'un Maroc sur une voie de garage et qui vont retrouver l'espoir grâce à la Symphonie composée par l'un d'entre eux. Craignant de mourir oublié alors qu'ils savent que derrière leur destin rouillé brille encore une flamme, ils mettent tout en oeuvre pour exister, enfin! Au delà de ces personnages, c'est tout le Maroc qui se remet en mouvement et qui se rappelle qu'il n'y a pas besoin de beaucoup pour être heureux et que le peu que l'on a parfois à offrir au Monde est en fait un cadeau hors de prix.

Au delà du réel, l'espérance!

Ce cadeau, les étudiants de la Faculté l'ont pris à bras le coeur. Touchés jusqu'aux larmes (oui, oui, on les a vu pleurer, même les garçons!), ils ont partagé le bonheur de ces vagabonds et surtout l'espoir du cinéaste. Un espoir salvateur qui parle à une génération qui ne croit plus que son pays puisse lui offrir un avenir prometteur. Et Kamal Kamal de leur rappeler que l'espoir se crée et que la richesse est avant tout dans nos têtes.

Et c'est là tout le paradoxe magnifique de « La Symphonie... », c'est un film qui dégage une émotion telle qu'il nous tire les larmes alors qu'il s'agit avant tout d'un film joyeux qui fête la capacité des hommes à vivre leurs rêves et à les faire partager. Et de nouveau, le film n'est qu'une mise en abîme de l'histoire de sa genèse. Car « La Symphonie Marocaine » a commencé comme un rêve auxquels les personnes les plus improbables ont bien voulu croire.

La Symphonie de l'Humanité

Tout a débuté par une musique. Par cette partition que Kamal Kamal avait composée et qui avait besoin d'un orchestre philharmonique. Partant du réflexe typique des Marocains qui est de croire qu'on est jamais plus mal servi que par les siens, il a d'abord proposé sa symphonie à jouer à des orchestres étrangers qui lui demandèrent des sommes exorbitantes. Dépité mais pas découragé, il a tout de même frappé, au cas où, à la porte d'un des deux seuls orchestres philharmoniques marocains, celui de l'armée de l'air. Et surprise, ils l'ont appelé un jour pour lui faire écouter le morceau qu'ils avaient non seulement lus, mais joués! L'histoire de « La Symphonie Marocaine » était donc déjà écrite... Une histoire d'espoir qui nous rappelle que dans ce pays auquel nous n'osons pas croire, des choses sont possibles.

Kamal Kamal serait-il dès lors patriote? Il s'en défend, ou en tout cas, il se méfie du mot. Car l'artiste craint avant tout cette fâcheuse tendance des identités à être meurtrières. Craignant que nous soyons Nous-mêmes par opposition aux Autres, il propose que nous soyons Nous-mêmes, parmi les Autres. Comme une note d'une partition de musique qui cherche la compagnie des autres pour atteindre l'Harmonie.


Pour visionner la bande annonce, cliquez ici

Commenter cet article

cinemasfi 09/05/2007 21:59

Merci Si Naim,
Merci surtout pour les Journées. Et merci à tous ceux qui ont participé à leur organisation et à leur animation, c'est-à-dire les étudiants et les enseignants de la Filière des Etudes Françaises. Vivement la Troisième édition!

Naim 09/05/2007 03:22

Bonjour

D'abord merci pour la couverture exceptionnelle de ces Journées cinématographiques. Kamal Kamal a enchanté le public par son film et l'ambiance festive qui y règne. Nous avons découvert un véritable artiste très humain et humaniste.

Bon blog.