Questionnaire des 4 films, aka "Questionnaire du cinéphile"

Publié le par Cinemasfi

Après le succès du questionnaire des 4 livres, et dans une pure tradition hollywoodienne de serials, voici le questionnaire des 4 films. Quelles sont donc vos références cinéphiliques, chers collègues blogueurs et blogueuses? En attendant vos réponses, voici mes références à moi :

4 films de mon enfance:

le-roi-et-l-oiseau.gifLe Roi et l'Oiseau, un chef d'oeuvre du cinéma d'animation français. Peu connu hélas mais remis à l'honneur depuis sa sortie en DVD.
Laurel et Hardy, irrésistibles...
Zorro avec Guy Williams, de Disney, 1957-59 (ça passait encore à mon époque, presque 30 ans plus tard!).
L'intégrale des
Monty Python.


Les 4 auteurs / réalisateurs que je reverrai encore et encore :

Park Chan Wook (Corée)
Martin Scorsese (USA)
Faouzi Bensaidi
(Maroc)
Abbas Kiarostami (Iran)

Les 4 premiers films de ma liste à voir ou à revoir :

oldboy.jpg
Old Boy, Park Chan Wook, Corée, 2004. 
Pulp Fiction, Quentin Tarantino, USA, 1994.
Intervention Divine, Elia Souleiman, Palestine, 2002.
Le Bon, la Brute et le Truand, Sergio Leone, Italie, 1966.

 

Les films que je ne regarderai certainement plus jamais :

Il y en a tellement...  Mais concentrons nous sur des films qui relèvent selon moi de la propagande mais qui sont vendus comme des divertissement, voir (pire) comme des oeuvres didactiques...

Hidalgo, pour son simplisme et son incapacité à dépeindre le monde arabe autrement que par des stéréotypes négatifs ou de l'exotisme de pacotille.
Munich, de Spielberg, car il est tout d'abord dénué d'histoire, pédagogique à souhait et, surtout, parce qu'il repose sur un postulat faux qui est que les violences israéliennes et palestiniennes se valent. Il nie de ce fait, à travers ce film faussement polémique, toute l'Histoire de la lutte palestinienne.
Couvre-feu (The Siege), que je considère aussi comme une tricherie. Prétendant montrer les dérives du système américain, il le renforce insidieusement en caricaturant et en amalgamant la cause palestinienne et le terrorisme islamique et en justifiant l'action des "bons policiers" américains. 

Si
Roland Barthes, qui s'est intéréssé aux mythes modernes, avait vu ces films, il y aurait respectivement trouvé ce qu'il a appelé : l'exotisme, la privation d'Histoire et la "vaccine" (masque un mal fondamental par une critique superficielle). Trois procédés rhétoriques permettant de renforcer la cohésion de la société autour de son noyau et contre l'Autre. Ici, en l'occurrence, Occident vs Orient.

Ajoutons à la liste tous les films du style
Armageddon, où l'Amérique s'impose une fois de plus comme gardienne du Monde.

Tous ces films sont efficacement réalisés et sont techniquement soignés. Leur critique n'est donc pas esthétique mais thématique. Il s'agit de savoir que derrière un programme qui semble purement divertissant se jouent des
enjeux politiques fondamentaux

Les 4 derniers (bons) films que j'ai vus (en salle) :

Je dois rappeler que nous n'avons pas de salle de cinéma à Safi. Voir un film en salle est donc un exploit qui mérite d'être mentionné.

mille-mois-1.jpgMille Mois de Faouzi Bensaidi, Maroc, 2003 - projeté lors des Journées Cinématographiques de la Faculté Polydisciplinaire de Safi.
La Plage des Enfants Perdus de Jilali Ferhati, Maroc, 1982 - projeté lors des Journées Cinématographiques de la Faculté Polydisciplinaire de Safi.
Le Vent se Lève (The Wind That Shakes the Barley), Ken Loach, GB - projeté lors de la semaine du film européen.
Volver de Pedro Almodovar - projeté lors de la semaine du film européen.

Les 4 films que je sauverais de l'apocalypse :
le-silence.jpg
Si doit en rester 4, gardons les films les plus universels:

Les Ailes du Désir (Der Himmel über Berlin), Wim Wenders, Allemagne, 1987
Le Temps des Gitans de Emir Kusturica, Yougoslavie, 1989
Les Lumières de la Ville (City Lights), Charles Chaplin, 1926
Le Silence de Mohsen Makhmalbaf, Iran, 19

Les premières images d'un de mes films préférés :


L'incipit de Pulp Fiction est intéressante à plusieurs niveau. D'abord, les dialogues sont très bien écrits, la scène est un crescendo rapide vers l'éclatement de la violence en 5 minutes chrono. De plus, Tarantino nous induit sur une fausse piste puisque nous croyons que nous allons suivre "Pumpkin'" et "Honey Bunny" alors que nous ne les retrouverons qu'à la fin pour l'épilogue... qui est en fait la scène médiane du film...
Ceux qui n'ont pas compris doivent voir le film!

 

Les dernières images d'un de mes films préférés : 

Le "duel" à 3 final de Le Bon, la Brute et le Truand de Sergio Leone. Le "duel" classique du western est revisité par Leone qui y ajoute un personnage. La séquence dure 9 minutes durant lesquelles la tension monte en même temps que les plans se resserent sur les visages des protagonistes.Alors que les "Blondin", "Tuco" et "Sentenza" attendent le moment de tirer, toute l'action est portée par les mouvements et les plans de la caméra de Léone et par la musique d'Ennio Morricone...

 
 

Meilleures répliques (en V.O.) : 

Le contexte des répliques étant long à expliquer, je propose un concours pour celui ou celle qui arrivera à retrouver le(s) personnage(s) qui parle(nt) et/ou le titre de film et/ou l'auteur de la réplique. A vos commentaires!

- "When you shoot, you shoot, you don't talk!"
- "You see, in this world there’s two kinds of people, my friend… those with loaded guns, and those who dig... You dig."
- "We've got a bonnie situation here!"
- (personnage 1)"We're short of one horse" - (personnage 2) "I see two too many"

- Bonus "Un intellectuel assis va moins loin qu'une brute qui marche"

J'ai choisi des répliques courtes car elles sont, comme c'est bien connu, les meilleures! Selon moi, le talent d'un dialoguiste n'est pas de faire passer le maximum d'informations dans un dialogue mais bien de faire monter la tension de la scène ou de dévoiler le caractère ou les émotions des protagonistes.

Mon top 4 marocain :

- Faouzi Bensaidi : Un cinéaste de classe internationale dans la mesure où il maîtrise son art et propose une vision d'auteur digne des plus grands. A voir, Mille Mois et What a Wonderful World.
- Nour-Eddine Lakhmari dont on attend impatiemment "Casa Negra".  Techniquement le meilleur, rien que ça! On rêve d'un grand scénariste à ses côtés pour ouvrir la voie d'un cinéma économiquement viable et exportable. Lakhmari est celui qui pourra faire sortir le cinéma marocain du pur cinéma d'auteur et lui donner, s'il le veut, une portée commerciale de qualité (à l'instar du cinéma coréen).
- Mohamed Asli avec A Casablanca les Anges ne Volent pas : One shot, mais quel shot! Son film est un bijou depuis l'écriture jusqu'à la réalisation. Là aussi, un film de classe internationale... mais on attend la suite!
- Jilali Ferhati qui a débuté à l'époque où tout était à faire dans le cinéma marocain et qui y a imposé sa vision poétique et politique.


Je me limite à 4, mais, heureusement, le cinéma marocain comporte plus de 4 grands noms!

Les 4 blogueurs auxquels je passe la main :

Naim
Ibn Kafka
Manal
Larbi

 

Publié dans Questionnaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cinemasfi 23/08/2007 12:14

Merci pour ce commentaire. Quelle belle sélection de films. Il ne vous reste qu'à découvrir le cinéma marocain. Certains films sortent en Europe dans les salles d'Art et Essai (WWW de Bensaidi est sorti le 15 août) et en DVD (Le Regard de Lakhmari, Ali Zaoua de Ayouch, et quelques autres). A bientôt!

tietie007 21/08/2007 20:08

Bonjour, ton blog est très intéressant car j'avoue ne pas connaître le Maroc et le cinéma marocain.

Les 4 films de mon enfance :

Les Titans de Ducio Tessari, avec un Giulano Gemma bondissant ...vu vers 11 ans dans une colonie de vacances, projeté par le directeur.

Rencontre du 3eme type de Steven Spielberg, vu le 11 mars 1978, j'avais 12 ans. Je n'ai rien compris au film, mais j'étais fasciné par les images célestes.

Rio Bravo de Howard Hawks. Dans les années 70, les 3 chaînes TV françaises passaient en boucle des westerns des années 50 et 60, car ça ne devait pas coûter très cher. J'ai donc été baignée par cette culture western américaine et John Wayne était vraiment mon héros préféré.

Tarzan, l'homme singe, de WS Van Dyke, 1932, qui passait souvent à la TV dans les années 70, avec Johnny Weissmuller et la douce Maureen O'Sullivan. Je me rappelle toujours des tribus pygmées et du mystérieux cimetière des éléphants !

Les 4 réalisateurs que je reverrai encore et toujours :

- Sergio Leone et son cinéma total !
- Luchino Visconti pour la dimension picturale de ses films, plus proche d'un peintre que d'un cinéaste. J'adore Ossessione, son premier film, avec la gigantesque Clara Calamaï !
- Dino Risi, car je ne me lasse pas de cette comédie à l'italienne, qui traite de sujets profonds sur un mode léger !
- Steven Spielberg, pour l'ecclectisme de son oeuvre et la beauté visuelle de ses films.

Les 4 films de ma liste à voir ou à revoir :

- Les raisins de la colère de John Ford,1940, le meilleur film du cinéaste américain, avec un Henry Fonda prodigieux dans le rôle d'un Tom Joad dans la tourmente de la grande crise de 29

- Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Léone, 1969,car jamais une oeuvre n'a été aussi totale !

- "Il sorpasso", le Fanfaron, de Dino Risi, 1962, avec le génial Vittorio Gassman, un des premiers road-movie de l'histoire, chronique célère de l'Italie d'après guerre et sur la fatalité.

- Le mépris, de Jean Luc Godard, 1963, personne n'a jamais filmé BB avec autant de volupté ! Pour Fritz, Michel, Jack et le Thème de Camille !

Les films que je regarderai plus :

- L'homme qui en savait trop d'Alfred Hitchcock, 1956, car le cinéma du maître anglais a très mal vieilli !

- Heat de Michael Mann, 1996, pour son scénario invraisemblable et ses dialogues calamiteux !

- Pirate des caraïbes 3, de Gore Verbinski, 2007, ...no comment !

- La corde raide, de Clint Eastwood,1984, le pire de Clint !

Les 4 derniers films que j'ai vus :

- La soif du mal d'Orson Welles, 1958, Welles était vraiment un génie !

- Le temps des Gitans, d'Emir Kusturica, 1989, un ovni cinématographique entre onirisme et réalisme !

- Le couteau dans l'eau de Roman Polanski, 1962, un huis-clos plaisancier étonnant avec la belle Jolanta Umecka !

- Dupont Lajoie, d'Yves Robert, 1974, vu hier sur Canal +, un chronique atroce du racisme ordinaire ...avec un Victor Lanoux plus vrai que nature en beauf-raciste basique. Un film qui m'a vraiment mis mal à l'aise !

La plus belle scène d'exposition :

- pour changer, l'incipit de Conan le barbare de John Milius, 1981, qui débute sur l'attaque d'un village par une horde barbare. Les effets de lumière et la musique du regretté Basil Polédouris sont prodigieux !

La plus belle scène finale :

Sans hésitation, la fin des Temps Modernes, de Charles Chaplin,1936, avec le couple Charlot//Paulette Godard, partant vers un avenir meilleur sur ce long ruban d'asphalte ...

Faites un tour sur mon blog ciné :

http://tietieculture.blogspot.com/

Cinemasfi 18/07/2007 16:51

Salut Mehdi,
Merci pour ta réponse. Comme je m'y attendais, on a pas mal d'amis communs derrière le grand écran...
Pour le cinéma marocain, suis les news sur mon blog, tu seras informé ;-) Je te conseille en vrac Faouzi Bensaidi et son film WWW pour son côté Jarmush; Lakhmari dans El Kadia 3, le Seven marocain et bientôt dans Casa Negra, son Mean Streets casablancais ; et finalement, les frères Noury avec Heaven's Door, un film chorale qui leur a valu d'être comparés à Tarantino dans je ne sais plus quel prestigieux canard américain... bonne découverte!

mehdi 17/07/2007 21:33

Voila, c'est fait. Même si j'ai honteusement omis de citer des films et des réalisateurs marocains - mes connaissances y étant ridicules.

Cinemasfi 17/07/2007 18:07

Salut Mehdi,
J'attends tes réponses au questionnaire. J'ai comme l'impression que je vais y trouver des amis communs du genre Tarantino...