Le Festival du Film Francophone de Safi consacre le cinéma africain

Publié le par Cinemasfi

bamako.jpgPour sa cinquième édition, le Festival du film francophone de Safi a donné à la Francophonie une saveur tiers-mondiste inhabituelle avec une compétition faisant la part belle au point de vue africain et arabe.

C’est le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun qui a obtenu l’Osfour d’Or pour la seconde fois avec son film Daratt, Saison Sèche. Haroun avait déjà été couronné à Safi en 2004 pour son long métrage Abouna. Et c’est un autre film africain qui s’empare du prix du jury, Bamako, du Mauritanien Abderrahman Sissako.

Osfour d’or pour le cinéma africain

Ces deux œuvres ont su, chacune à leur manière, montrer la maestria des cinéastes africains. Dans des styles radicalement différents, Haroun et Sissako ont donné un visage cinématographique à leur continent. Haroun par la beauté de ses images et la profondeur des silences de ses personnages. Sissako par son talent à rassembler l’Afrique dans la cour d'un « fundouk » malien ou la grande Histoire de notre temps et les petites histoires individuelles se croisent et se reflètent avec une justesse parfaite.

Hélas, pour cette cinquième édition, le cinéma marocain n’a pas réellement pu briller. Représenté par Driss Chouika et son adaptation de Kundera, Les Jeux de l'Amour, le Maroc ne s’est pas retrouvé dans ce film en langue française parlant d’un univers étranger aux Marocains. Le public safiot gardera donc un peu la nostalgie de la quatrième édition du Festival qui avait programmé trois films de réalisateurs marocains rivalisant pour l’Osfour d’Or : L'Enfant Endormi  de Yasmine Kassari, Le Grand Voyage d'Ismaël Ferroukhi et La Symphonie Marocaine de Kamal Kamal qui a finalement raflé le prix à la plus grande satisfaction du public.

Safi la francophone se fait ainsi de plus en plus, au fil des années, Safi l’Africaine. Rebelle, elle déboute des films pourtant sélectionnés à Cannes et favorise des histoires simples mais puissantes. 

Publié dans Actualité cinéma

Commenter cet article