L'histoire légendaire de Kharboucha enfin portée à l'écran

Publié le par Cinemasfi

ancienne-safi.jpgKharboucha, ce personnage mythique de la région de Safi sera l'héroïne du film de Hamid Zoughi. A la base de toute une branche de la tradition musicale de l'Aïta, cette chikha au tempérament de feu est un personnage hors du commun. On se demande même pourquoi le cinéma marocain a mis tant de temps à s'intéresser à son histoire devenue mythique?

C'est parti, Hamid Zoughi est en tournage pour son film "Kharboucha ou Ma Ydoum Hal" ("Kharboucha ou rien n'est éternel"). Le film devrait être tourné en partie dans la région de Safi. Zoughi y a d'ailleurs passé pas mal de temps en compagnie des chikhate et des chioukh, ces chanteurs maîtres de l'art de l'Aïta. Un art populaire dans la région de Abda et qui reprend jusqu'à nos jours les chansons composées au début du XXe siècle par Kharboucha, la célèbre chikha.

De la réalité au mythe... du mythe à l'écran

Le film relate l'histoire de la légendaire de Kharboucha. Chikha à la verve acerbe, Kharboucha utilisait sa voix unique pour se dresser fièrement contre l'injustice de son sort et de celui des siens. Ses chansons avaient pour cible principale le tyrannique caïd Aïssa Ben Omar qui faisait régner la loi du colonisateur français sur la région. Seule rescapée d'une tuerie menée par une tribu adverse et qui décima toutes les femmes de son clan, Kharboucha garda une rage et une force qui s'exprimaient dans sa prose chantée. Kharboucha n'était pas belle car, comme son nom l'indique, elle avait le visage marqué par la petite vérole, mais sa voix la rendait envoûtante. Appartenant à la tribu des Ouled Zid, Kharboucha exhorta ceux-ci par ses chants à se rebeller contre le despotisme sous lequel ils vivaient. En 1922 pris place une terrible répression contre sa tribu. Le caïd Aïssa se vengea personnellement de Kharboucha en la faisant emmurer vivante le jour même de ses noces.
C'est cette histoire devenue mythique que Hamid Zoughi adaptera à l'écran. "Il ne s’agit pas seulement de Kharboucha, mais d’un certain Maroc pas si lointain, où les gens circulaient pieds nus, tressaient leurs cheveux en nattes, méprisaient les femmes et vivaient sous le poids du Makhzen. J’ai envie que les gens prennent conscience du grand chemin que le pays a fait en 50 ans", déclarait dernièrement le réalisateur au journal
Tel Quel.

Jil Jilala et l'Aïta
Plus connu en tant qu'acteur, Hamid Zoughi s'est lancé dans le cinéma avec le grand Jilali Ferhati et se fait encore remarquer aujourd'hui, notamment dans "Heaven's Door" des Frères Noury, sélectionné à la dernière Berlinale. Mais Zoughi, le réalisateur, a plus d'une corde à son arc et n'a pas choisi son thème au hasard. Il est lui-même musicien et membre fondateur du célèbre groupe marocain Jil Jilala, comme en témoigne Mohamed Derham: "Le groupe doit son existence à Hamid Zoughi. C’est lui qui nous a réunis et convaincus de nous lancer en travaillant un nouveau style, inspiré de la musique soufie et des chants des zaouiyas marocaines". Le réalisateur a donc de son côté toutes les armes pour faire un grand film où la musique aura une place centrale. Le public marocain risque d'être au rendez-vous comme il l'a été pour un autre film musical, "La Symphonie Marocaine" de Kamal Kamal.

Houda Sedki est Kharboucha
Sedki-Kharboucha.jpgC'est l'actrice
Houda Sedki, qui incarnera le personnage de Kharboucha en se basant sur sa formation musicale puisqu'elle était lauréate du conservatoire de Casablanca en 2003. Pour son rôle, l'actrice s'est plongée durant plus d'un an dans le folklore de Safi et dans le répertoire aïtawi. Houda Sedki est par ailleurs bien connue des Safiots puisqu'elle était membre du jury du dernier Festival du Film Francophone de Safi. La jeune actrice et Hamid Zoughi ont déjà travaillé ensemble sur le téléfilm "Les Requins" où le réalisateur lui avait offert sa première chance dans un premier rôle.

Reconstitution d'un patrimoine

Hamid Zoughi et la société AZ productions ont reçu un budget de 3,8 millions de dirhams, dont 3 millions
d'avance sur recettes du CCM. La chaîne 2M est également associée à la production de ce long métrage. Quarante jours de tournage sont prévus. L'équipe technique travaille en grande partie bénévolement, ce qui n'a pas empêché la production d'avoir des soucis financiers liés notamment à la reconstitution d'époque. On regrettera d'ailleurs que l'état de délabrement de "Dar Si Aïssa", la maison du caïd, ne permette pas de profiter des décors originaux. Le film "Kharboucha ou Ma Ydoum Hal" aidera donc à sauvegarder la mémoire de notre patrimoine à défaut d'en avoir préservé les lieux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la kbaje 27/07/2015 02:40

Alkaid si hissa c,est un assasin a voler presque la moitier de ma familles pour comme serveur forcé il a enlevé la verginité a ma tente est quand elle est tombé enceintre elle a tué il fait boire AL KIBRITE pour les femmes

la kbaje 27/07/2015 02:20

Salamo alaykom ana je suis un homme que ma mére kanaye rabatha LALA LBAYDA LA FEMME DE LKAID SI HISSA MA MéRE AVAIS 10 ans toute petite fille alor madame albayd elle a fait beaucoup de misére a ma mére elle le tape sans arrét sur la téte et MON pére aussi a trvaillé fi dar lkaid si hissa comme serveur c'est tres tres dur la vie pour eux fi dare ale kaid allah yarhame home mes parents

elabbad salima 06/11/2010 13:58


moi auusi le petite fille de si 9aid si aissa. mon pere il s'appelle abdelaziz ben tijani ben aissa benomar.merci beaucouq amina et abdelkrim ben aissa.je voudrais retrouver la famille de mon pere
et le connaitre ;s'il ya des personnes qui ont vue ce message en voyez-moi un email et merci bq pour votre fidelite a le caid si aissa ben omarmo, e-mail:pretty_salima@hotmail.com


la kbaje 27/07/2015 02:28

je parle de petit fils de lkaid si hissa tu est fiére de ton grand pére ya rien d'étre fiére mon pote il a fait la misére tout le monde il est entrain de ce grillé dans lenfer ouisakata alaihi allah ila yawmi dine tfou

AMINA 25/08/2010 14:33


Bonjour,
Je suis l'arrière petite fille de Caid Si Aissa. Je suis la petite fille de Lalla Zoulikha la fille de si aissa. Mon père était le fils ainé de la fille de si aissa. L'oncle de mon père Benaissa de
son vivant nous a raconté l'histoire la vraie. S'il y a des personnes qui ont vu ce message et qu'ils sont descendants de Caid Si Aissa. Envoyez-moi un mail. Je voudrais retrouver la famille de ma
grand mère et les connaître.

A bientôt.
Amina


moulay 25/08/2010 01:54


Bravo Zouri c'est un très bon film


mohammed 27/04/2016 21:00

mon oncle et mon père connaissaient bien le caid si aissa .ils disaient que le caid n'avait pas de filles il avait 32 garçons moi même je connais si thamis ;mekki qui etait le plus jeune de tous ces frères et je me rappelle bien de la mort de si moustapha entre 1957 et 1958 .je suis un enfant de la région j'étudie a DAR si aissa DE 1960 A1965.