L'héritage oublié d'Orson Welles

Publié le par Cinemasfi

undefinedMarrakech, Tanger, Casablanca, Essaouira, Ouarzazate. Ces cinq noms sont le visage cinématographique du Maroc dans la production étrangère (américaine et française principalement). Si certaines de ces villes bénéficient d’une grande publicité comme Marrakech, la renaissance d’autres est intimement liée à l’émergence de l’industrie cinématographique. C’est le cas d’Essaouira immortalisée par Orson Welles dans les années 50 et, plus récemment, de Ouarzazate. Ya-t-il une recette à suivre pour les petites villes qui veulent se faire une place sous les projecteurs ?

Sans avoir connu le succès de Ouarzazate qui possède désormais ses studios, une petite ville comme Essaouira, à 150 km de Safi, a connu une publicité intimement liée au septième art. Récemment transformée en Jérusalem par Ridley Scott dans Kingdom of Heaven, Essaouira a été une des premières villes cinématographiques du Maroc. Elle fut en effet l’écrin d’Othello, la Palme d’Or marocaine signée Orson Welles en 1952. L’attachement du réalisateur au Maroc et à la ville des vents a donné à celle-ci une image éminemment culturelle et branchée qui lui est restée plus de 50 ans plus tard. Le grand Wells avait pourtant tourné dans d’autres lieux qui furent par la suite partiellement oubliés. Il en va ainsi d’El Jadida et de sa citerne portugaise et de Safi et son château de mer. Si la fameuse citerne de Mazagan est aujourd’hui encore utilisée dans de nombreux clips et publicités, le château safiot a par contre sombré dans l’oubli. Pire, menacé par la force des marées atlantiques, il risque même tout bonnement de tomber à la mer.

Devenir visible, le défi

undefinedIl semble donc que la mise en valeur des sites, et, surtout, la volonté des autorités locales de faire d’une ville un lieu culturel font la différence. Toutes les villes qui se sont fait un nom chez les producteurs étrangers sont des villes qui bénéficient d’une grande visibilité. Une ville comme Safi est le meilleur exemple de ce déficit d’image à l’échelle internationale. Pourtant, la capitale de la région Doukkala Abda n’a pas moins d’intérêt visuel qu’Essaouira qui resta longtemps son parent pauvre. Seul problème, pour le savoir, il faut être natif de Safi ou connaître son histoire. Nour-Eddine Lakhmari, le réalisateur safiot, y avait ainsi tourné Le Regard, une coproduction maroco-norvégienne. Et cette année, Hamid Zoughi rendait hommage à Kharboucha, la cheikha légendaire venue des environs de Safi. En 2007, deux téléfilms (ici et ici) et un long métrage marocains ont été tournés à Safi et sa région. Cependant, depuis Welles, la perle de l’Atlantique est désertée par les caméras des cinéastes étrangers.

Apparaître au cinéma, c'est exister...

Le miracle économique que vivent certaines régions grâce au cinéma doit faire prendre conscience aux décideurs des villes oubliées de l’importance du développement de leur secteur culturel et artistique ainsi que du potentiel symbolique que représente le septième art. Le maître Orson Welles avait compris quant à lui, dès 1950, que donner une image cinématographique au Maroc, alors encore sous domination française, était lui donner une existence politique. Souvenons-nous aujourd’hui de la puissance de ce tribut et donnons encore plus de visibilité au Royaume et à toutes ses régions.

Publié dans Safi

Commenter cet article

research papers writing 22/12/2010 09:20


I have been visiting various blogs for my research papers writing assignment. I have found your blog to be quite useful. Keep updating your blog with valuable information... Regards


Mme Dubois 15/02/2008 09:54

Salam les Safiots,
En effet, il est temps de bouger si on veut sauver le château de mer. Apparemment, d'après les experts en géologie, il est CONDAMNE à s'effondrer car les fondations sont rongées par les courants. Il faut une action d'urgence. Toujours d'après les mêmes experts, il est déjà trop tard... Mais ça ne semble pas être une priorité pour notre ville...

Hanane 14/02/2008 11:31

Salut Cinémasfi,
Othello d’Orson Welles un héritage oublié tel notre héritage Safiot. Le château de mer qui s’est écroulé proie de nonchalance et de désuétude. A quand son réhabilitation et celle de Safi.
Le cinéma est un moyen, qui, sans doute, contribuera à cette réhabilitation bref, à une nouvelle ère.
Merci pour le billet et bon vent

Naim 13/02/2008 14:27

Merci pour cet excellent billet. C'est bien de rappeler l'héritage marocain du grand Orson Welles. Les générations actuelles ne le connaissent pas malheureusement.

A bientôt.